Exposition Visite Libre, Visite Commentée De L'église Saint-pierre De Mazeyrat. à Mazeyrat d'Allier du 15 au 16 septembre 2018

Du

15 samedi septembre 2018

au

16 dimanche septembre 2018

15h00

Église Saint-pierre

Plus d'infos sur l'exposition Visite Libre, Visite Commentée De L'église Saint-pierre De Mazeyrat. à Mazeyrat d'Allier

L'exposition Visite Libre, Visite Commentée De L'église Saint-pierre De Mazeyrat. a lieu au dans le cadre des Journées du patrimoine Mazeyrat d'Allier 2018.

Mazeyrat d'Allier, née en 1973 de la fusion des communes de Saint-Eble et Reilhac avec Mazeyrat-Crispinhac, bénéficie du rare privilège de profiter de trois églises et d'une chapelle encore en activité. Trois églises (et la chapelle de Marjallat) extrêmement différentes et riches d'histoire que l'EPISERM (Association pour l'Etude du Patrimoine et de l'Identité de Saint-Eble, Reilhac, Mazeyrat d'Allier) s'attache à faire découvrir à l'occasion de visites, commentées gratuitement par des membres de l'association. A l'occasion des Journées du Patrimoine 2018 les églises de Mazeyrat et Saint-Eble seront ouvertes à la visite.

Outre leur intérêt architectural, ces édifices permettent de retracer l'histoire des influences religieuses de la région puisque Reilhac reste le témoignage d'un des plus anciens prieurés ruraux dépendant à la fois de Cluny et des Mercoeur, alors que Mazeyrat jouait un rôle stratégique dans le dispositif des prieurés casadéens (de La Chaise-Dieu) et que la très ancienne église de Saint-Eble était également d'influence clunisienne, puisque le prieur de Sainte-Croix-la-Volte (Lavoûte-Chilhac) présentait à la cure. Toutes ces églises ont été profondément remaniées au fil des siècles.

Mazeyrat: Un prieuré casadéen au XIIe siècle

L'église de Mazeyrat-Crispinhac a révélé certains de ses secrets à l'occasion d'une restauration engagée en 1998\. C'est alors qu'ont été mis à jour non seulement des éléments de peinture du XVIe siècle mais également une fenêtre trilobée datant du XIIe ou XIIIe siècle. La lecture de l'édifice est rendue difficile par les malheurs qu'il a connu. On sait en effet, par les textes, qu'il existait en tant que prieuré de La Chaise-Dieu au XIIIe, en 1288\. En 1377, il n'avait encore connu aucun déboire mais, comme à Reilhac, le début du XVe siècle lui sera fatal.

En 1430 l'église est détruite et les offices religieux doivent être célébrés à Langeac. Mais les paroissiens la reconstruisent immédiatement en utilisant les restes de l'édifice précédent comme en témoigne un pilier décalé situé à droite de l'entrée actuelle. A la suite de cette reconstruction, a eu lieu une première mise en peinture de l'intérieur de l'édifice. Cette décoration, qui se situe dans les années 1560-1580, voire au début du XVIIe, intéresse alors la façade nord qui comprend deux chapelles, dont une donne aujourd'hui accès au clocher construit en 1880\. La décoration en polychromie de cette chapelle reproduit en peinture la polychromie des matériaux que l'on affectionnait particulièrement dans les églises de l'époque. On a utilisé la peinture pour donner à l'église un cachet qu'on ne pouvait pas, faute de moyens, lui donner dans la pierre.

A côté de cette chapelle, une deuxième qui date de la même période architecturale, mais qui, elle, a fait l'objet d'utilisation en tant que chapelle seigneuriale. D'où le drapé qui orne son entrée (voir photo) peint un siècle plus tard que la décoration polychrome de la chapelle voisine.

En face, le côté sud ne comprend qu'une seule chapelle. C'est sur cette façade sud, dans le choeur, que se trouve la fenêtre trilobée. A proximité de cette ouverture, toute une partie peinte conservera son mystère, sans doute pour quelques décennies encore. En effet, faute de moyens financiers, la restauration de ces peintures n'a pas pu être menée à bien dans l'ensemble de l'église. Sur le même mur, dans la partie restaurée, on peut également observer certains éléments de décoration réalisés au pochoir.

L'église renferme de nombreux objets mobiliers classés ou inscrits dont une vierge aux manteaux, dite des parturientes et un orgue à cylindre du XIXe. Une rare cloche gothique de Haute-Loire a fait l'objet d'une étude en 2017\. Elle sera présentée sous forme d'exposition-photos (compte tenu de la dangerosité d'accès au clocher).

L'Eglise de Mazeyrat s'inscrit dans le Réseau Européen des Sites Casadéens.

Germain Bonnet-Winckler (Président de l'EPISERM)